COLLECTIF VIDEO NUMERIQUE
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 " Pieta "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Damonx

avatar

Nombre de messages : 854
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: " Pieta "   Ven 19 Avr - 9:23

Un drame coréen (du sud, évidemment, au Nord, c’est le paradis) : « Pieta » de Kim Ki-Duk.
Le plus grand réalisateur coréen découvert internationalement avec « L’Ile » en 2001 (pour un film fait en 1999), mais sa carrière avait commencé bien avant en 1994. Depuis « L’Ile », il est bien considéré dans les grands festivals : L’Ours d’argent pour « Samaria », Le Lion d’Argent pour « Locataires » et notre film le Lion d’Or au dernier Festival de Venise.

Abandonné à sa naissance, Kang-do est un homme seul qui n’a ni famille, ni ami.
Recouvreur de dettes sans pitié́ et sans compassion, il menace ou mutile les personnes endettées dans un quartier destiné à être rasé.
Un jour, Kang-do reçoit la visite d’une femme qu’il ne connaît pas et qui lui dit être sa mère. Pour la première fois de sa vie, le doute s’installe en lui.


Pour ceux qui connaissent le réalisateur, on est dans le même sujet. Oublions tout de suite la comédie, nous sommes dans le drame, palpable, haineux, social. Bref, c’est dur mais pas son film le plus dur.
Des actes insensés, des êtres qui se déchirent, qui se haïssent, haïssent le monde, la communication ne peut passer que par la violence : c’est ça la Corée du Sud ? (on se dit alors qu’est-ce que ça doit être la Corée du Nord).
Dans notre film (mais pas que dans celui-ci), le réalisateur rajoute une critique du capitalisme qui a gangrené son pays, en saccageant la vie des pauvres qui se bouffent entre eux pour survivre (il s’en fout un peu des riches).
Ici, le portrait d’un tortionnaire qui devient plus humain (et par là-même plus con, c’est marrant) et celui d’une femme tout aussi victime que lui. 2 magnifiques portraits.

Un visuel rude comme la réalisation du film (on n’est pas à Hollywood et Kim ne fait pas dans le consensuel, aussi tournage clandestin à 2 caméras portées par le Chef Op et par le réalisateur) avec un décor de lieux dévastés par la crise (celle de l’enfance de Kim).
La violence est filmée frontalement (les personnages se claquent souvent dans ses films… pour de faux ????) et au final, généralement on a un plan d’anthologie bien macabre et bien malade. Dont acte.

Des acteurs qui ont une carrière mais pas spécialement connue par moi (et pourtant me diriez-vous, moi et ma connaissance du cinéma asiatique), la femme est sublime et j’était persuadé de l’avoir vue dans un autre film mais raté comme quoi.

Un vrai film de malade sur une société malade ; le seul correspondant français pourrait être Gaspar Noé tout en étant différent.
Moi j’adore mais c’est du costaud.

Bon film !!


Revenir en haut Aller en bas
 
" Pieta "
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Montréal (Québec)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Locomovies :: Le comptoir :: La critique ciné endiablée de Damon-
Sauter vers: