COLLECTIF VIDEO NUMERIQUE
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 " As I lay dying "

Aller en bas 
AuteurMessage
Damonx

avatar

Nombre de messages : 854
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: " As I lay dying "   Dim 13 Oct - 9:18

Un film plutôt difficile : « As I lay dying » de James Franco.
Oui, l'acteur jouant le fils Osborn dans la trilogie « Spiderman » de Sam Raimi, dans « 127 heures » de Danny Boyle, dans « Harvey Milk » de Gus Van Sant, et dernièrement dans « Le monde fantastique d'Oz » de Sam Raimi et dans « Spring Breakers » d'Harmony Korine.
Mais il est également réalisateur et scénariste de ses propres films (des courts et quelques longs que j'avoue ne pas connaître), il devrait sortir un film très prochainement après le notre avec un casting assez proche.
Le film est l'adaptation du livre « Tandis que j'agonise » de William Faulkner sorti en 1930.

Après le décès d’Addie Bundren, son mari et ses cinq enfants entament un long périple à travers le Mississippi pour accompagner la dépouille jusqu’à sa dernière demeure.
Anse, le père, et leurs enfants Cash, Darl, Jewel, Dewey Dell et le plus jeune, Vardaman, quittent leur ferme sur une charrette où ils ont placé le cercueil. Chacun d’eux, profondément affecté, vit la mort d’Addie à sa façon. Leur voyage jusqu’à Jefferson, la ville natale de la défunte, sera rempli d’épreuves, imposées par la nature ou le destin. Mais pour ce qu’il reste de cette famille, rien ne sera plus dangereux que les tourments et les blessures secrètes que chacun porte au plus profond de lui.


Le livre de 600 pages, constitués de chapitres de monologues de chacun des personnages était réputé inadaptable. Mais si...
N'ayant pas lu le livre ni d'ailleurs aucun livre de cet auteur imposant (oui, bon j'avais piscine), le résultat final se tient franchement à défaut d'être agréable vu que l'histoire est proprement immonde.
Une ligne directrice claire : la mère meurt, on fait le voyage pour l'enterrer. Au milieu de ça, on a la destinée psychologique des divers personnages se traduisant parfois par des monologues (surement tirés du roman et parfaitement frappés du bulbes car très religieux) face caméra et d'un split screen assez nébuleux (acte du personnage / pensée du même personnage ??) mais pas toujours donc utilité toute relative.
Un film de personnages tous très affirmés dans leurs positions, leur intégrisme (surtout le père et la mère) alors que les faits démontrent le contraire : bref, nous avons à faire à la destruction d'une famille. Quel bonheur me direz-vous !!

Une réalisation réaliste avec de grands moments, le passage d'une rivière en furie, un incendie, le creusement d'une tombe tout ça en vrai sans effets spéciaux numériques.
Une ode à la nature d'une certaine façon, une Nature divine : ha ce plan du cercueil voguant sur les flots tumultueux ou un homme portant sur son dos un cercueil dans un décor qui brule de toute part.
Connoté s'il en est.
Ce split screen assez fréquent et énervant car on le sent fait au montage donc pas pensé au tournage (aussi les plans sont coupés où il ne faut pas pour certains). Je trouve le procédé bien pensé mais mal exécuté.

Si les personnages sont assez immondes, les acteurs excellent. James Franco est Darl, Jim Parrack (« True Blood ») est Cash, le frère menuisier, Logan Marshall-Green (« Prometheus ») incarne Jewel, le frère révolté. Tim blake Nelson (« O'Brother ») est le père aussi immonde physiquement (bossu, manque des dents, parle bizarrement avec des hochements de tête animaux) que moralement (voir la fin).

Pas vraiment une comédie, le monde qui est décrit est très éloigné du notre actuellement (en France, enfin, j'espère, bien que).
Le film incarne l'intégrisme avec une certaine élégance mais faut tenir...
Bon film !!!

Revenir en haut Aller en bas
 
" As I lay dying "
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (M / LIBRE) THOMAS BRODIE-SANGSTER ? i will see you crying and dying

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Locomovies :: Le comptoir :: La critique ciné endiablée de Damon-
Sauter vers: